3615 Memo

Memo Bank est la nouvelle banque indépendante pour les PME. Vous lisez notre rubrique 3615 Memo, dans laquelle nos banquiers répondent à vos questions.

Écrit par Brice Boulesteix

Publié le

6 démarches pour lesquelles Memo Bank ne vous fera pas attendre 48 heures

Les dirigeants doivent parfois attendre 48 heures avant de pouvoir faire certaines opérations sur le site de leur banque. Nous pensons que les banques ne devraient pas faire poireauter leurs clients pendant deux jours à la moindre démarche.

Avant de lancer Memo Bank, une partie de notre équipe a travaillé dans des start-up et des PME. Si nous sommes aujourd’hui capables de nous mettre à la place des entrepreneurs, c’est parce que nous avons été à leur place par le passé — littéralement. Comme eux, nous avons été frustrés par les lenteurs du monde bancaire. Memo Bank est une réponse à cette frustration. Avec Memo Bank, nous souhaitons offrir aux PME la réactivité qui leur fait défaut dans les banques traditionnelles. Nous n’avons pas la prétention de faire mieux que toutes les banques sur tous les points, loin s’en faut, mais nous pensons aller plus vite qu’elles sur certains points.

Notre conception du service client est simple : les dirigeants n’ont pas à subir les lenteurs des banques. Le temps n’est pas une taxe que les entrepreneurs doivent payer aux établissements financiers. L’industrie bancaire est certes très régulée, mais aucune réglementation bancaire ne contraint les banques à compliquer la vie de leurs clients. Chez Memo Bank, nous faisons de notre mieux pour que le poids de la réglementation repose sur nous, pas sur nos clients, ni sur l’expérience bancaire que nous leur fournissons. Voici 6 démarches pour lesquelles nous ne faisons pas mariner nos clients pendant 48 heures.

1. Faire un virement sortant à un nouveau bénéficiaire

Si vous dirigez une PME, il vous arrive sans doute de régler les factures de vos fournisseurs. Pour payer vos factures, vous faites probablement des virements de votre compte courant vers le compte de vos fournisseurs. Mais quand vous travaillez avec un nouveau fournisseur, vous devez d’abord transmettre l’IBAN de ce dernier à votre banque avant de pouvoir lui faire un virement. C’est le jeu. Sans IBAN (ou RIB), pas de virement sortant possible. Ce n’est qu’une fois votre fournisseur ajouté à la liste de vos bénéficiaires que vous pouvez lui faire un virement sortant, pas avant. Tout ceci est bien connu.

Hélas, la plupart des banques imposent à leurs clients un délai de 48 heures entre l’ajout d’un nouveau bénéficiaire et le moment où il est possible de faire un virement vers le bénéficiaire en question. Pourquoi les banques vous font-elles attendre dans ce genre de cas ? Pour décourager les fraudeurs les plus pressés. Si jamais un fraudeur parvient à prendre le contrôle de votre compte courant, il devra lui aussi attendre 48 heures avant de transférer votre argent vers ses comptes bancaires — délai qui suffit souvent à dissuader les pirates à la recherche de gains rapides. Si ce délai de 48 heures se défend sur le papier, il revient hélas à faire attendre 100 % des clients d’une banque pour lutter contre une poignée de fraudeurs.

Pour les chefs d’entreprise honnêtes, ceux qui ne vivent pas de la fraude bancaire, les 48 heures imposées par les banques sont plus un fardeau qu’un garde-fou. Quand les entrepreneurs sont disposés à faire leur virement, les banques ne leur permettent pas d’aller au bout de leur démarche. Et quand, 48 heures plus tard, les banques donnent le feu vert aux entrepreneurs, ces derniers sont déjà passés à autre chose et oublient de faire leur virement. Le contre-temps est total. Hélas, ces contre-temps produisent des retards de paiement. Et ces retards de paiement causent ensuite des trous d’air dans la trésorerie des PME les plus fragiles. Quand on sait que 25 % des PME ont moins de 13 jours de chiffre d’affaires sur leur compte courant, on comprend que chaque jour de retard supplémentaire peut coûter très cher à certaines entreprises.

Chez Memo Bank, nous ne vous faisons pas attendre 48 heures quand vous ajoutez un nouveau bénéficiaire externe. Une fois l’IBAN de votre fournisseur ajouté sur votre compte, vous pouvez lui faire un virement dans la foulée, sans attendre, sans délai. Et la fraude alors ? Disons que nous luttons contre la fraude en faisant la chasse aux fraudeurs, pas en pénalisant l’intégralité de nos clients, ce qui nous permet de vous proposer de l’instantanéité là où d’autres banques vous proposent d’attendre. Bien sûr, ce service de validation instantanée des nouveaux bénéficiaires fonctionne aussi dans l’autre sens : plus vos clients utiliseront Memo Bank et moins ils auront d’excuses pour ne pas vous payer à temps…

2. Ouvrir ou fermer des comptes courants secondaires

Les comptes courants secondaires permettent aux entreprises de ne pas faire transiter toutes leurs opérations (entrantes et sortantes) par un seul et même compte courant. Voyez ça comme les intercalaires d’un classeur — si vous utilisez encore des classeurs. Les comptes secondaires sont très utiles, notamment pour les comptables, car ils permettent de compartimenter les transactions, de les trier en fonction de leur provenance, de leur destination, ou de leur type. Mais les comptes secondaires sont aussi très rares, car les banques ne se pressent pas pour les proposer à leurs clients, faute de pouvoir ouvrir de tels comptes facilement, à la volée, en quelques clics.

Vous avez sans doute déjà un compte courant principal au nom de votre entreprise, mais cela ne vous donne pas nécessairement droit à un compte secondaire. L’un n’entraîne pas toujours l’autre. Même en supposant que vous puissiez ouvrir un compte secondaire dans votre banque, il est fort possible que vous deviez passer par votre banquier pour le faire. Et comme les banquiers ne sont pas tous connus pour répondre du tac au tac, il est possible que vous deviez attendre plusieurs jours avant d’accéder à votre compte secondaire. Dommage, car les comptes courants ne sont vraiment pas des produits financiers compliqués à manipuler.

À chaque compte sa fonction, et à chaque fonction son compte.
À chaque compte sa fonction, et à chaque fonction son compte.

Chez Memo Bank, nous nous sommes demandés s’il était nécessaire de faire intervenir un banquier dans le cadre d’une ouverture de compte secondaire. Nous sommes arrivés à la conclusion que non, l’intervention d’un chargé d’affaires n’était pas indispensable dans ce genre de procédure. Nous vous laissons donc la main pour ouvrir et fermer des comptes secondaires en ligne. Est-ce à dire que vous n’avez pas le droit d’appeler votre chargé d’affaires Memo Bank en cas de pépin ? Pas du tout. Nous faisons simplement de notre mieux pour que vous n’ayez pas besoin d’appeler votre banquier à chaque fois que vous devez réaliser une opération simple — comme ouvrir un compte courant secondaire. Vous y gagnez en autonomie et votre banquier y gagne en disponibilité, ce qui lui permet de répondre quand vous avez vraiment besoin de lui.

3. Accorder ou retirer des permissions à un collaborateur

Dans une banque traditionnelle, si vous souhaitez que votre comptable puisse accéder au compte courant de votre entreprise, vous allez sans doute devoir appeler… votre banquier. Eh oui, encore lui. Bien souvent, c’est votre banquier, et lui seul, qui peut autoriser certains de vos collaborateurs à consulter les comptes de votre entreprise. C’est paradoxal, mais c’est ainsi. Imaginons maintenant que vous ayez envie de retirer les accès que vous aviez accordés à un ancien employé, qui allez-vous devoir appeler ? Pas Ghostbusters, non, mais bien votre banquier, toujours lui. Bien que nous parlions des comptes de votre entreprise et de votre trésorerie, c’est votre banquier qui fait office de gardien des clés. Si les sites des banques fonctionnaient comme la plupart des sites web, créer des accès bancaires pour vos collaborateurs ne serait pas si compliqué que ça. Mais les banques fonctionnent à rebours du web. Elles contraignent leurs clients à passer par un banquier pour des démarches qui sont pourtant dématérialisées depuis longtemps.

Avec Memo Bank, vous pouvez accorder des permissions à vos collaborateurs sans passer par la case banquier. Il vous suffit de saisir l’adresse e-mail du collaborateur que vous souhaitez inviter sur votre compte, puis de choisir les permissions que vous désirez lui accorder, et le tour est joué. Pas de document à retourner par courrier. Pas de fax à envoyer. Pas de numéro surtaxé à composer. Non seulement vous choisissez qui peut accéder à vos comptes, mais vous définissez aussi ce que chaque personne peut voir ou faire sur vos comptes. De cette manière, vous pouvez créer des niveaux d’accès différents pour vos différents collaborateurs. Besoin de modifier les permissions accordées à tel ou tel collaborateur ? Cochez ou décochez quelques cases et c’est plié. Vous avez changé d’avis et vous souhaitez retirer les accès que vous aviez accordés à untel ou untel ? C’est possible et ça ne vous demandera que quelques clics.

4. Ajouter ou supprimer un mandat de prélèvement SEPA

Si votre entreprise paye des abonnements ou des frais récurrents, vous connaissez sans doute les mandats de prélèvement SEPA ordinaires, ou SEPA core. Une fois transmis à votre banque, ces mandats permettent à vos créanciers d’effectuer des prélèvements sur votre compte courant, sans attendre que vous leur fassiez un virement sortant. Pour un créancier, les mandats de prélèvement constituent la façon la plus simple et la plus sûre d’être payé en temps et en heure. Pour les banques traditionnelles, les mandats de prélèvement constituent une occasion de plus de vous faire attendre 48 heures sans rien vous offrir en retour. Inutile de les remercier. Plaisir d’offrir, sans doute.

Chez Memo Bank, nous considérons que l’ajout, la suspension, ou la suppression de mandats de prélèvement ordinaires ne devrait pas nécessiter l’intervention systématique de votre banquier. Vous avez mieux à faire. Pour cette raison, nous vous laissons la main sur vos mandats de prélèvement SEPA core. Vous pouvez les ajouter, les suspendre, et les désactiver quand bon vous semble, sans que votre banquier n’ait besoin de mettre son nez dans vos affaires. Mieux, vous bénéficiez d’une vue d’ensemble sur tous vos mandats, ce qui vous permet de voir en permanence les créanciers autorisés à présenter des ordres de prélèvement sur votre compte. Finis les prélèvements qui tombent du ciel tous les deux ans parce que vous aviez oublié que tel ou tel mandat était encore actif.

5. Faire un virement groupé en une seule fois

Les virements groupés sont des virements qui en contiennent plusieurs. Le versement des salaires en fin de mois se prête très bien à un virement groupé, car plusieurs virements doivent alors partir au même moment vers plusieurs comptes. Bien que très utiles, les virements groupés ne sont pas proposés dans toutes les banques — la preuve, une fois de plus, que les procédures internes de certaines banques passent avant l’expérience bancaire de leurs clients. Ici, attendre 48 heures ne change rien à l’affaire. Certaines banques ne vous proposeront jamais de faire un virement groupé. Ni maintenant, ni dans deux jours. Pourquoi ? Parce que cette fonctionnalité n’existe pas chez elles. Dans d’autres banques, les virements groupés sont possibles, c’est vrai, mais au prix d’un échange avec votre banquier préféré.

Chez Memo Bank, les virements groupés sont non seulement possibles, mais ils ne nécessitent aucune intervention de notre part. Vous avez la main du début à la fin. Tout ce dont vous avez besoin, c’est d’un fichier XML (ou Excel ou CSV) contenant les ordres de virement que vous souhaitez passer. Vous importez ce fichier dans votre espace de travail Memo Bank, vous validez les virements contenus dans votre fichier, et vous appuyez sur le bouton « Envoyer ». Il n’y a pas d’étape supplémentaire. Le fait d’appuyer sur le bouton « Envoyer » met vraiment le virement groupé en route. Il n’y a pas de piège, pas d’étape cachée qui va encore vous coûter 48 heures d’attente. Avec les virements groupés à la sauce Memo Bank, vos salariés ont l’assurance d’être payés rapidement.

6. Retrouver la trace d’une vieille opération

Si vous aimez souffrir pendant des heures, vous pouvez vous inscrire à un marathon, ou vous pouvez tenter de retrouver une transaction vieille de plusieurs mois sur le site de votre banque. Au choix. C’est vous qui voyez. Si vous optez pour le supplice de la recherche de transaction, vous allez buter sur les contraintes technologiques des banques. Ce n’est pas la régulation qui contraint les banques à compliquer vos recherches, ce ne sont pas non plus leurs procédures internes, non, c’est tout simplement la vétusté de leur système informatique. Bien qu’elles fassent des efforts en la matière, la plupart des banques sont incapables de vous afficher plus de six mois d’historique sur votre interface bancaire — quand ce n’est pas trois mois tout court. Si la transaction que vous cherchez remonte à plus de six mois, vous allez sans doute devoir télécharger des relevés au format PDF et les éplucher un par un pour retrouver la trace de votre opération disparue. Il est même possible que vous deviez passer par votre banquier pour récupérer les PDF que vous allez ensuite devoir éplucher. De quoi faire passer le marathon pour une petite balade indolore…

Remontez aussi loin dans le temps que vous le voulez.
Remontez aussi loin dans le temps que vous le voulez.

Comme nous avons développé notre système informatique en interne, à partir d’une page blanche (et sans Windows XP), nous avons pu nous affranchir des contraintes techniques qui pèsent sur les banques traditionnelles. Avec Memo Bank, votre historique de transactions est illimité. Il n’est limité ni en nombre de transactions, ni dans le temps. Vous pouvez afficher autant d’opérations que vous voulez et remonter dans le temps aussi loin que vous voulez . Que la transaction que vous cherchiez date d’hier ou de l’année dernière, elle ressortira quand vous ferez une recherche dans votre espace de travail Memo Bank. Exactement comme si vous cherchiez à retrouver un très vieil e-mail dans votre boîte de réception Gmail. Pas de PDF à télécharger, pas d’avis de recherche à transmettre à votre banquier. Si une transaction existe, vous pouvez la retrouver de votre côté, instantanément.

En ouvrant un compte Memo Bank, vous n’obtiendrez pas des journées de 36 heures, mais vous éviterez de perdre du temps sur tout un tas de petites opérations bancaires. Le temps que nous faisons gagner à nos clients est difficile à quantifier, mais certains de nos utilisateurs les plus assidus estiment économiser une demi-journée par mois en utilisant nos services. Ce n’est pas le bout du monde, certes, mais c’est du temps gagné dans un domaine où les entrepreneurs ont plutôt l’habitude d’en perdre.

Recommandé pour vous

3615 Memo

Comment négocier vos frais bancaires sans vous fâcher avec votre banquier

Découvrez comment négocier vos frais bancaires sans froisser votre banquier ou votre banquière au passage.

Lire l’article

3615 Memo

Pourquoi certaines PME ont plusieurs banques (et pourquoi c’est une bonne idée) ?

Brice Vimont, notre directeur commercial, répond à vos questions sur la multi-bancarisation des PME.

Lire l’article

Recevez nos nouveaux articles par e-mail

Chargement…

Compte courant

Zéro commission de mouvement
À partir de 49 €/mois

En savoir plus

Financement

Crédit moyen et long terme
Réponse sous 7 jours

En savoir plus