Newsletters

Memo Bank est la nouvelle banque indépendante pour les PME. Vous lisez les archives de notre newsletter hebdomadaire. Si vous souhaitez recevoir la prochaine, abonnez-vous.

Écrit par Brice Boulesteix

Publié le

La Société Générale va fermer des agences

La newsletter Memo Bank du 11 décembre 2020

Bonjour, vous lisez la newsletter de Memo Bank, la nouvelle banque destinée aux PME qui conservent leurs bulletins de paie pendant 5 ans au moins.

Si cet e-mail vous a été transféré et que vous souhaitez recevoir la prochaine édition de notre newsletter hebdomadaire, abonnez-vous gratuitement : memo.bank/newsletter

À lire

La Société Générale fusionne avec le Crédit du Nord

Quel est le point commun entre les couches Pampers, les piles Duracell, et les rasoirs Gillette ? À première vue, aucun. Ces 3 marques appartiennent pourtant à la même entreprise : Procter & Gamble (P&G), une société américaine qui gère plusieurs marques — on parle aussi de « famille » de marques. Les familles de marques permettent à une même entreprise d’être présente dans des catégories différentes, sous des noms différents. Par exemple, en possédant Ariel et Lenor, P&G est présent dans la catégorie des lessives et dans celle des adoucissants. De cette manière, P&G peut toucher plusieurs types de clients, sans mettre tous ses œufs dans le même panier pour autant. Admirable, n’est-ce pas ? Oui, certes, mais à un détail près : le coût. Les familles de marques coûtent cher à entretenir, car chaque marque nécessite des investissements qui lui sont propres et qui ne profitent pas forcément aux autres marques du portefeuille. Une publicité pour les rasoirs Gillette n’accroît pas les ventes de lessive Ariel — bien que Roger Federer soit très persuasif. En période de disette, il n’est donc pas rare de voir des entreprises restructurer leur portefeuille de marques pour faire des économies.

Si les familles de marques sont très présentes dans la grande distribution, on en trouve aussi dans la banque. Le Crédit Mutuel Arkéa possède par exemple la banque en ligne Fortuneo et le service de cagnotte Leetchi. Autre exemple : la Société Générale détient le Crédit du Nord, la banque en ligne Boursorama, et la néo-banque Shine. Comme dans la grande distribution, les familles de marques bancaires coûtent cher à entretenir, pour des « synergies » pas toujours évidentes. C’est ainsi que la Société Générale se retrouve à gérer plusieurs systèmes informatiques en parallèle : un pour ses propres clients et un autre pour ceux du Crédit du Nord. Dans ces conditions, et face à la mauvaise passe que traverse la banque, la Société Générale vient d’annoncer dans un récent communiqué qu’elle allait fusionner avec sa filiale, le Crédit du Nord. Objectifs annoncés : fermer 600 agences d’ici à 2025, mettre en commun certaines fonctions pour limiter les doublons, et faire tourner les deux banques sur le même système informatique d’ici 2023 — comme prévoyait déjà de le faire la banque néerlandaise ING avec toutes ses filiales européennes dès 2016, avant de se raviser.

Les yeux dans les PME

En 1998, quelques journalistes de Canal+ ont suivi l’équipe de France de football avant et pendant la Coupe du monde. De leur immersion dans les vestiaires du Stade de France, les correspondants de la chaîne cryptée ont tiré Les Yeux dans les bleus, un reportage au plus près du terrain, qui a depuis fait école. La preuve, Bpifrance vient de publier une étude sur les dirigeants de PME, après plusieurs mois passés à suivre des chefs d’entreprises. Que dit l’étude ? Elle montre que les chefs de petites et moyennes entreprises mouillent le maillot, à tel point que la plupart d’entre eux déclarent avoir souffert physiquement quand leur entreprise s’est mise à souffrir économiquement, lors du premier confinement. S’ils ont ressenti la morsure de la crise économique et sanitaire dans leur chair, les dirigeants l’ont aussi ressentie dans leur tête, puisque tous sans exception disent avoir vu leur forme psychologique baisser depuis le début de l’année, sous l’effet de l’anxiété notamment. Autre statistique intéressante : les entrepreneurs interrogés (des hommes à 87 %) déclarent s’être appuyés sur leurs collaborateurs et leurs proches, mais aussi sur leurs banquiers — bien plus que sur leurs pairs, ce qui confirme que les dirigeants n’osent pas forcément parler de leurs soucis à d’autres chefs d’entreprise. Pudeur d’entrepreneur.

Des prêts européens pour financer des projets de numérisation

Après avoir lancé clique-mon-commerce.gouv.fr et proposé un chèque numérique de 500 € à tous les commerces fermés, le gouvernement vient de débloquer 715 millions d’euros pour financer la transition numérique des PME de moins de 50 employés, sous la forme de garanties de prêts. D’où viennent les fonds ? Les 715 millions mobilisés viennent du Fonds européen d’investissement (FEI) et de la commission européenne (au travers du programme COSME). Comment ça marche ? À peu près comme le prêt garanti par l’État. Concrètement, les PME qui souhaitent numériser une partie de leur activité peuvent aller voir leur banque, lui demander un financement pour un projet immatériel (jusqu’à 50 000 €), et obtenir par l’intermédiaire de Bpifrance une garantie couvrant 80 % du prêt. Les PME y gagnent, car elles obtiennent un financement sans fournir une caution personnelle en retour. Les banques y gagnent également, car elles ne se mouillent « que » sur 20 % des sommes prêtées — les 80 % qui restent étant garantis par l’État. Le nom de code de ce nouveau dispositif est « la garantie de prêt France Num », du nom de l’agence gouvernementale chargée d’aider les entreprises à se numériser. Le Crédit Agricole a d’ailleurs d’ores et déjà annoncé qu’il proposait la garantie France Num à ses clients.

À parcourir

Images d’archives montrant l’arrivée de l’informatique dans les PME, en 1981. À l’époque, déjà, les ordinateurs profitaient surtout aux entreprises bien organisées. (ina.fr)

Nous avons réuni une quarantaine de personnes pour parler de frais bancaires mercredi dernier, lors de notre premier webinar. L’enregistrement de la séance est disponible en ligne. La vidéo dure 40 minutes. (livestorm.co)

Un article technique et en anglais (double difficulté) sur la communication entre les différentes briques de notre architecture informatique, par Joan Zapata, ingénieur chez Memo Bank. Attention : l’article contient les sigles SOA, REST et CQRS/ES. (memo.bank/magazine)

Vous avez lu Marie Kondo et vous envisagez de jeter à la benne toutes les pièces comptables qui ne vous mettent plus en joie (spark joy) ? Pas si vite. Vous devez conserver certains documents pendant un certain temps. Combien de temps ? Ça dépend. (service-public.fr)

Les attaques informatiques n’arrivent malheureusement pas qu’aux autres. C’est la mairie de Bayonne qui vient cette fois d’en faire les frais. (sudouest.fr)

Google vient de publier des données sur les recherches effectuées par les Français en 2020. Sans surprise, le coronavirus arrive en tête. (trends.google.com)

On dit numérique, pas digital — et encore moins digitaux. C’est le Journal officiel de la République française qui le rappelle. (legifrance.gouv.fr)

Des chiffres

En 2019, c’est-à-dire il y a 1 000 ans, 61 % des Français déclaraient acheter le plus souvent possible des produits fabriqués en France. Telle est la conclusion d’un sondage réalisé par Opinion Way auprès de 1 000 Français. Depuis le début de la pandémie de Covid-19, la part des Français qui tiennent ce discours aurait même augmenté de 3 points, passant à 64 %. Concrètement, les Français se disent prêts à payer quelques euros de plus pour un t-shirt fabriqué en France ou un hamburger élaboré à partir d’ingrédients produits en France — bien que ce plat ait lui-même été importé des États-Unis. Cependant, si plus de 7 cadres sur 10 se disent prêts à dépenser plus pour acheter plus local, seules 5 personnes ayant des revenus faibles sur 10 estiment pouvoir en faire de même, faute de moyens suffisants.

Des lettres

« Les Français d’aujourd’hui ont du mal à comprendre la société dans laquelle ils vivent. La rapidité des transformations qu’elle a subies, le caractère contradictoire des résultats auxquels ces transformations ont conduit, l’impuissance des idéologies traditionnelles à leur fournir des perspectives qui les satisfassent complètement expliquent cette perplexité. »

— Valéry Giscard d’Estaing (1976). Démocratie française.

À pourvoir

Nous avons un poste ouvert pour un ou une responsable juridique. Quelqu’un qui soit capable de concilier rigueur juridique et français courant.

Nous recrutons une personne spécialisée dans la gestion de trésorerie, avec de solides connaissances en gestion actif-passif (ALM), pour rejoindre notre direction financière.

Nous cherchons un ou une analyste financier et réglementaire.

Nous recrutons une personne au poste de chargé de développement commercial et de partenariats.

Recommandé pour vous

Newsletters

Monsieur Robot va vous recevoir

La newsletter du 4 décembre 2020

Lire l’article

Newsletters

Les gérants de PME et les belligérants

La newsletter du 18 décembre 2020

Lire l’article